English below or click here.

Notre amie Rachel Arseneault a eu la chance de poser quelques questions à Melina Nabert, une mère de famille qui a fait l’école-maison avec ses 11 enfants.  Melina nous confie comment elle a survécu et partage ses trucs et sa sagesse avec nous. 

La famille de Melina et Todd Nobert n’est sûrement pas la famille « typique » que l’on rencontre tous les jours. Non seulement ils ont une famille XXL de onze enfants, âgés de 26 à 13 ans, mais en plus, ils ont fait l’école-maison avec toute cette joyeuse troupe ! J’ai pensé qu’il pourrait être utile pour nous de connaître quelques astuces et paroles de sagesse venant d’une femme extraordinaire, mais ordinaire comme Melina. Que vous ayez un ou quatre enfants, que vous soyez mère au foyer ou mère monoparentale, Dieu peut accomplir de grandes choses dans votre vie si vous ouvrez votre coeur à sa volonté.

Rachel (R) – Bonjour Melina ! Pourrais-tu nous parler un peu de toi et ta famille, de tes premières années comme maman ?

Melina (M) – Todd et moi nous sommes mariés en octobre 1991 à l’église St. Mary’s à Ottawa. Nous avons acheté notre première maison en 1992 dans une petite ville à l’est d’Ottawa, juste un mois avant la naissance de notre premier enfant. Cela me permettait de quitter mon emploi pour être mère à la maison. Nous savions déjà que nous voulions plusieurs enfants et que nous voulions faire l’école-maison. Nous avions aussi décidé que nous serions ouverts à la vie et que nous ferions confiance à Dieu pour faire les choses en son temps. Pourtant, le jour où j’ai appris que j’étais enceinte de mon deuxième bébé, je me suis assise sur le divan en berçant mon aînée de presque 5 mois, en hyperventilant, et je me suis demandé comment j’allais pouvoir prendre soin de deux enfants alors que celle-ci prenait déjà tout mon temps. J’allaitais aux deux heures, jour et nuit, ma fille était toujours éveillée ou presque et demandait mon attention constante.

Je me souviens d’avoir pris une grande inspiration, puis j’ai pris ma Bible et je l’ai ouverte. Pouvez-vous croire que je suis tombée sur le Proverbe 31 ? Je ne pensais pas que je trouverais quoi que ce soit à mettre en application dans ce chapitre intitulé « L’épouse idéale » (ou « la femme vertueuse »), mais bien sûr, Dieu savait exactement ce qu’il faisait… Mon regard s’est arrêté sur le verset 25 du Proverbe 31 et j’ai su dans mon coeur que ces mots étaient parfaits pour moi : « Et elle se rit de l’avenir ». Comment pouvais-je douter des plans de Dieu, de son « timing » parfait ? Par ce verset, Il m’a assuré que je n’aurais jamais besoin de m’inquiéter de l’avenir : Il s’en chargerait. Et mon bébé, n’avait-il pas encore 8 mois pour grandir avant que son petit frère ou sa petite sœur naisse ? J’ai copié ce verset sur un morceau de papier, je l’ai collé sur le réfrigérateur et j’en ai fait ma devise de vie. Et je ne me suis plus jamais tracassée à propos d’avoir un autre enfant… Heureusement, car nous avons reçu la bénédiction d’avoir 11 enfants en 13 ans.

R – Tout le monde se demande… COMMENT FAIS-TU ? À quoi ressemblaient tes journées quand tu avais 11 jeunes enfants à la maison ? Comment as-tu survécu ?

M – Ah ! Parfois je me le demande ! Chaque jour, je commençais par la prière (courte ou longue, selon que j’étais plus ou moins occupée par ma famille), le chapelet quotidien ou la messe ou l’adoration avec les enfants. Je me souvenais toujours du Proverbe 31, verset 25. Je me rappelais de faire confiance à Dieu, de rire et de me concentrer uniquement sur aujourd’hui. Nous faisions toujours nos leçons d’école-maison seulement l’avant-midi. J’ai appris à me concentrer seulement sur les matières essentielles : la lecture, l’écriture, l’arithmétique et la religion. Mes enfants plus vieux étaient jumelés avec les plus jeunes pour les aider. Il y avait des moments où nous arrêtions nos activités pour nettoyer tous ensemble. Deux fois par jour, nous remettions un peu d’ordre dans la maison, mais j’ai dû aussi apprendre à accepter qu’il y ait du désordre et des dégâts. J’appelais mes enfants en sifflant et ils venaient vite. Et maintenant, mes petits-enfants viennent me voir quand je siffle, eux aussi! Nous passions plus de temps à la maison et moins de temps à faire des visites ou des excursions. Je me devais de conserver mon énergie et ma santé mentale ! Durant des années, les enfants restaient tranquilles une heure dans leur chambre chaque jour; j’appelais cela “l’Heure de santé mentale de Maman”. À un moment donné, mon mari a commencé à s’occuper de faire les courses à ma place. Aussi, je participais fidèlement au groupe de partage et d’étude biblique de femmes dont je faisais partie.

Le soir, mon mari et moi passions du temps ensemble quand les enfants étaient couchés. Aussitôt que mon aînée a été capable de garder les autres enfants, mon mari et moi avons commencé à sortir ensemble une fois par semaine à l’extérieur de la maison. Mon 11e enfant est né avant même que ma plus vieille soit  adolescente. Je me demandais comment je ferais un jour pour faire l’école-maison avec plus de 11 enfants si cela arrivait, mais j’ai réalisé que mon aînée aurait fini le secondaire avant même que le plus jeune soit d’âge scolaire. Cela m’a donné à nouveau la paix dont j’avais besoin, de savoir que je pourrais gérer le nombre de bénédictions (d’enfants !) que Dieu nous enverrait. J’étais loin de me douter que ce 11e enfant serait en fait notre dernier enfant (vivant).

R – J’entends des jeunes mères dire : « Je ne pourrais jamais faire ça ! Je n’en ai que deux et j’en ai plein les bras ! » Quels conseils aurais-tu à donner aux jeunes mamans qui se sentent découragées, épuisées ou submergées ?

M – Il faut dire qu’avec deux enfants, on est occupée ! Mais plus on a d’enfants, plus on trouve des solutions astucieuses qui fonctionnent pour notre famille. Et chaque famille fonctionne différemment. Quand les choses ne vont pas comme il faut, je remets cela à Dieu par la prière et je Lui demande la sagesse pour trouver une solution. Quand je l’applique et que cela ne fonctionne pas, j’essaie de trouver autre chose. Il faut se rappeler que quand les enfants grandissent un peu, ils peuvent tellement aider ! Ils peuvent prendre soin des plus petits et faire des tâches. Bien sûr, il y a encore beaucoup d’ouvrage… il y a toujours tellement de choses à faire ! Évidemment, plus on est organisée, mieux les choses fonctionnent. Ce sont des habiletés que l’on développe au fur et à mesure que la famille continue de grandir.

Quand vous sentez que vous avez besoin d’une pause et que les enfants en ont besoin aussi, prenez une journée pour faire très peu ce jour-là : une journée à la plage, une journée à regarder des films ou à faire des visites. Des « mini-vacances » aident à casser la routine et cela nous rappelle de prendre plaisir à être ensemble et à passer du temps ensemble. Il y avait des fois où j’étais tellement fatiguée que j’aurais pu m’endormir n’importe où dès que je m’asseyais, même si c’était à la salle de bain ! Mais concentrez-vous seulement sur aujourd’hui… Et rappellez-vous : « elle se rit de l’avenir ».

R – Quels conseils donnerais-tu aux mères d’enfants plus vieux ou d’adolescents qui vivent des difficultés ? As-tu eu à faire face à des périodes ardues avec tes adolescents ?

M – Il semble qu’il y ait beaucoup de jeunes qui souffrent de problèmes de santé mentale, et ma famille ne fait pas exception. Mon père était schizophrène ; c’est une faiblesse dans notre famille. Deux de mes garçons adultes ont fumé beaucoup de cannabis à l’adolescence, avec tous les problèmes que cela entraîne, même si nous avons essayé par plusieurs moyens de les en empêcher. Dans les temps difficiles, il est important que mari et femme soient unis dans leur façon de gérer les enfants, en gardant toujours l’amour comme but et moteur d’action.

Deuxièmement, il faut se rappeler que les enfants font leurs propres choix, et ce n’est pas nécessairement le reflet de votre façon de les éduquer. Regardez simplement vos autres enfants, vous verrez à quel point ils sont heureux ! Les adolescents grandissent, deviennent des adultes et doivent avoir plus de responsabilités, mais ils ont encore besoin de limites. N’ayez pas peur d’éduquer vos adolescents, d’exercer votre rôle de parent. Aimez-les, écoutez-les, faites des activités avec eux, créez des souvenirs, mais n’ayez pas peur de dire non. Et priez toujours, toujours ! Priez pour recevoir la sagesse, priez pour avoir de la force, priez pour vos enfants, priez pour leurs amis, priez pour leur futur époux ou épouse et rappelez-vous : « elle se rit de l’avenir ».

R – Tu as dit que ton mari et toi aviez pris la décision de faire l’école-maison avant même que vos enfants naissent. Qu’est-ce qui a motivé cette décision, qui vous a inspirés ?

M – Mes parents avaient des amis qui instruisaient leurs enfants en famille et qui avaient une compagnie de matériel scolaire pour l’école-maison. Cela a été mon premier contact avec l’école-maison, parce qu’alors, ce n’était pas aussi connu que maintenant. Et cela m’a aussi inspirée. Imaginez pouvoir donner à vos enfants un bon départ dans la vie, où il y a peu d’influence négative provenant du monde extérieur. La vie familiale tourne autour de Dieu et les enfants sont outillés AVANT d’aller dans le monde ; on les outille pour marcher avec Dieu, pour écouter Dieu et pour être bénis par lui.

Tout cela a aidé mes enfants à faire de bon choix moraux. Presque tous mes enfants marchent dans la foi et ils demandent à Dieu de les guider dans la vie. Mais je vois aussi Dieu à l’oeuvre dans la vie de mes enfants qui se sont détournés de la foi pour le moment. Ils nous demandent de prier pour eux, ils se tournent vers la prière dans les temps difficiles, ils nous demandent de l’aide et des conseils. Dieu travaille doucement dans leur vie. Il les a façonnés pour qu’ils soient les personnes qu’ils sont aujourd’hui et un jour, ils reconnaîtront peut-être ce fait merveilleux.

Homeschooling 11 kids, an interview - Une famille XXL pas ordinaire

R – Que répondrais-tu aux gens qui disent : « Je ne pourrais JAMAIS avoir une grande famille ou faire l’école-maison, je ne suis pas assez patiente ! » ? Qu’est-ce que le fait d’avoir une famille nombreuse a amené dans ta vie et en quoi cela t’a-t-il changée ?

M – Le fait d’avoir une famille nombreuse et de faire l’école-maison m’a appris tellement de choses ! J’étais patiente avec les enfants jusqu’à ce que je sois épuisée, et j’étais TOUJOURS épuisée. Mais vous avez quoi ? Être épuisée n’est qu’un souvenir lointain maintenant. Je me souviens du jour où j’ai arrêté d’être une « victime » de l’épuisement. C’était au milieu de la nuit, j’étais avec mon 3e enfant et je me plaignais à moi-même (vu que tout le monde dormait) de comment j’étais fatiguée et tout ce qui vient avec cela. Soudainement, c’est comme si une ampoule s’était allumée (mais en réalité, c’était moi qui écoutais les chuchotements du Saint-Esprit). Je me suis dit : « Penses-tu que tu es la seule mère fatiguée dans le monde ? Pourquoi penses-tu que tu ne devrais pas être fatiguée ? » Et c’est là que ma façon de penser a changé. J’ai commencé à penser : « Pourquoi pas moi ? Pourquoi ne devrais-je pas être fatiguée, comme toutes les autres mères, les médecins, les infirmières et tous ceux qui pratiquent une profession où ils s’occupent des gens en priorité ? » Donc, même si j’étais encore fatiguée après cela, je n’étais plus « victime » de ma fatigue et je me rappelais simplement : « Elle se rit de l’avenir ».

C’est la même chose pour la patience. Je ne suis certainement pas patiente tout le temps, mais c’est surtout une question d’état d’esprit. Je veux que mes enfants sachent que je les aime et c’est mon objectif principal. Et quel amour je reçois en retour ! Même dans mes pires journées, il y avait toujours   un enfant qui venait me voir et qui me disait combien il m’aimait…. Mes enfants avaient de la compassion.

J’aime bien rappeler aux gens ces quelques pensées :

1) Les enfants viennent un à la fois (habituellement !) et on s’habitue à gérer notre famille qui grandit, petit à petit.

2) Écoutez toujours Dieu. Ne décidez pas par vous-même combien d’enfants vous aurez. Dans ce cas, ce serait VOUS qui diriez à Dieu quoi faire. Soyez toujours ouverte à la vie, mais attendez que Dieu vous fasse signe, aussi. Dieu sera toujours avec vous.

3) Il y a des grâces qui sont là pour vous. Allez à la messe. Allez vous confesser. Allez à l’adoration. Priez votre chapelet. Lisez votre Bible. Et faites tout cela avec vos enfants le plus souvent possible. Soyez une missionnaire dans votre propre foyer. Jésus dit, en Matthieu 28 : « Allez, faites des disciples de toutes les nations. » Quel meilleur endroit pour faire cela que dans votre propre maison ? Vous êtes en train de former des missionnaires pour aller oeuvrer à votre suite.

J’avais toujours voulu être missionnaire et enseignante, et Dieu a concrétisé ces deux aspects de mon rêve dans ma vie, dans ma propre famille. Dieu est bon !

R – Melina, merci infiniment d’avoir partagé avec nous ces précieux conseils et ces paroles d’encouragement !

M – Cela me fait plaisir ! C’était bien amusant.

Homeschooling 11 kids, an interview - Une famille XXL pas ordinairePour connaître d’autres conseils, astuces, recettes, mots d’encouragement et histoires de vie quotidienne, visitez le blog de Melina womenoflaughterandfaith et sa page Facebook.

 

 

 


Voir aussi nos articles :
Une simple observation pourrait changer vos relations avec vos enfants
Nos raisons changent
École-maison au Québec pour les Nuls


 

Homeschooling 11 kids, an interview - Une famille XXL pas ordinaire

 

HOMESCHOOLING 11 KIDS, AN INTERVIEW

Our friend Rachel Bergeron Arseneault has interviewed Melina Nobert, homeschooling mother of 11!  She tells us how she did it, shares her hard-learned wisdom and gives us tips!

Melina and Todd Nobert and their kids are certainly not a typical family… Not only are they parents to 11 children, aged from 13 to 26 years old but they homeschool this joyful bunch! I thought it could be useful for many of us to hear some words of wisdom from an ordinary yet extraordinary woman like Melina. Whether you have 1 or 4 children, whether you are a stay-at-home mom or a single mom, God can accomplish great things in your life if you open your heart to his calling.

Rachel (R) – Hello Melina!  Could you tell us a bit about yourself and your family, your “first steps” as a mother?

Melina (M) – My husband Todd and I were married in October of 1991 at St. Mary’s Church in Ottawa.  We bought our first home in 1992,  in a small town East of Ottawa just a month before our first child was born. This move meant that I would be able to leave my job and be a stay-at-home mom. We already knew that we wanted many children and that we wanted to homeschool those children. We also decided to be open to life and trust God’s timing, yet the day I found out I was pregnant with baby #2 I sat on the couch rocking my almost 5 month old first born, hyperventilating and wondering how I was going to be able to manage taking care of 2 children when this first baby took all my time, nursing every 2 hours day and night, being constantly awake and needing my undivided attention.

I remember taking a deep breath, grabbing my Bible and opening it. Can you believe I opened my Bible to Proverbs 31? I didn’t think I would find anything applicable in this chapter titled the Ideal Wife, but of course God knew exactly what he was doing. My eyes fell on verse 25 of Proverbs 31 and I knew in my heart that these words were perfect for me: “And she laughs at the days to come.” How could I doubt God’s timing?  Through this verse He assured me that I didn’t ever need to worry about the future.  He would take care of it.  And wouldn’t this little baby of mine be at least 8 months older by the time her little sibling would be born? I copied that verse on a piece of paper, stuck it to the front of the fridge, and have lived by it ever since.  And never again did I fret about having another child… which is good, because we’ve been blessed with 11 kids, born in 13 years.

R – Everyone wonders… HOW DO YOU DO IT? What did your days look like when you had 11 young kids at home, how did you survive?

M – Ha! Sometimes I wonder the same thing! Each day began with personal prayer (short or long depending on the busyness of my family), daily rosary or mass or adoration with the kids, and remembering always Proverbs 31:25 – remembering to trust God, to laugh and to only focus on today.  We always did our schooling only in the mornings, and I’ve learned that we only need to focus on the core subjects – reading, writing, arithmetic and religion.  Older kids were buddied with younger kids.  We had times when we all stopped what we were doing and focused on cleaning as a group.  The house was tidied a couple of times a day, but I also had to learn to accept the messes. The kids are quick to come when I call them with a whistle (and the grandkids now respond to that whistle too!).  We spent more time at home and less time visiting or on excursions. I needed to guard my energy and my sanity.  For years the kids took an hour of quiet time in their rooms – I called it Mom’s Sanity Hour.  Hubby eventually took over getting the groceries. I was faithful to a women’s Bible study and share group that I belonged to.

As soon as the oldest was able to babysit, Hubby and I took a weekly date night away from home, but before that we would just spend time together after putting the kids to bed. My 11th child was born before my oldest was even a teenager. I wondered how I’d ever be able to manage more than 11 with homeschooling, until I realized that my oldest would be done with high school before my youngest was even of school age. This gave me the peace I needed to know that I could handle any number of kids that God would bless us with. Little did I know that this last child would indeed be our last (living) child.

R – I hear young mothers saying: “I could never do that! I have only 2 and my hands are full!”  What advice would you give to mothers of young children who feel discouraged, tired or overwhelmed?

M – You need to remember that 2 kids is busy! But the more you have the more you have to find inventive solutions that work for your family. And every family works differently. When things are not running smoothly I take it to prayer and ask God’s wisdom in finding a solution. Then I try it and if it doesn’t work, I try something else. One thing to remember though is that when the kids start getting a little older, they can help with so much! They can help with the younger ones and with chores. Of course there is still lots of work – there is just so much of everything to do. The more organized you are, the better things work. But these are the skills you learn as your family continues to grow.

When you feel like you need a break, I bet the kids feel that way too, so take a day of doing very little – a day at the beach, or a day watching movies, or a day visiting. A “mini-vacation” helps to break routines and reminds us to enjoy each other and our time together.  There have been times I was so tired that I would fall asleep anytime I sat down, even if it was in the bathroom. But just focus on today – “And she laughs at the days to come.”

R – What advice would you give mothers of older kids or teenagers when they struggle? Did you face difficult times with your teenagers?

M – It seems that many young people suffer from mental illness and our family is no different. My dad had schizophrenia and there is a definite weakness in our family. Two of my grown boys smoked a lot of marijuana growing up (and we tried all kinds of support to help them drop the habit) and all the problems that go along with it. During times of difficulties in raising kids, it is important for both husband and wife to be unified in the way they deal with the children, always with love as the motivating factor.

The second thing is to always remember that they make their own decisions and it is not a reflection on your parenting. Just look at your other kids and how happy they are! But these are extreme cases. Teens are growing into adults, and as such they need to be given added responsibilities, but they also still need boundaries. Don’t be afraid to parent your teens. Love them, listen to them, do activities with them, make memories, but don’t be afraid to say no. And always, always pray – pray for wisdom, pray for strength, pray for your kids, pray for their friends, pray for their future spouses, and remember, “And she laughs at the days to come.”

Homeschooling 11 kids, an interview - Une famille XXL pas ordinaire

R – You said that you had made the decision to homeschool your kids even before they were born… What influenced your decision, what or who inspired you?

M – My parents had friends who homeschooled their kids and had a homeschool supply business. It introduced me to the idea, because back then it wasn’t as well-known as it is now. But it also inspired me. Imagine being able to give your kids a start in life where there is little negative influence from the outside world. Family life could revolve around God and the kids would be given the tools they needed BEFORE they were set out into the world, tools to walk with God, listen to God, and be blessed by God. All of this helped my kids make good choices, morally. Most of my kids are walking their faith, and asking God for direction in their lives. Yet I can also see God at work in the lives of my children who have stepped away from their faith right for now. They ask us for prayers, they turn to prayer in times of need, they ask for our advice and help. God is working gently in their lives and He has molded them into the people they are today, and one day they will recognize that wonder too.

R – What would be your response to those who say “I could NEVER have a large family or homeschool, I’m not patient enough!”?  How has having a large family changed you, or what has it brought to your life?

M – Having a large family and homeschooling has taught me so much. I was patient with children until I was overtired, and I was ALWAYS overtired. But you know? Being that tired is a distant memory. I remember the day I actually stopped being a “victim” of being overtired. It was the middle of the night with my 3rd child and I was complaining to myself (because everyone else was sleeping) about how tired I was and everything that goes along with that, when suddenly it was like a lightbulb went off (but it was me actually listening to the whisperings of the Holy Spirit).  Did I think I was the only tired mother out there? Why did I think I shouldn’t be tired? And that’s when my thinking changed. Now it was “why not me? Why should I be different from all the other mothers, and the doctors and the nurses and all those professions who put people first?”  So even though I was still tired after this, I was no longer a “victim” of my fatigue and I would just remember, “And she laughs at the days to come.”

It was the same thing with patience. I’m certainly not patient all the time, but it’s primarily a matter of mindset. I want my children to know they are loved, and that’s my primary job. But the love I receive in return! Even on my worst days one of my kids would come up to me and tell me how much they loved me. They had compassion.

I like to remind people of a few things:

#1: The kids come one at a time (usually) and you learn to deal with your family size growing over time.

#2: Always listen to God. Don’t decide yourself what the size of your family will be. Then that is YOU telling God what to do. Always be open, but listen for your cue. God will be with you always.

#3: The graces are there for you. Go to mass. Go to confession. Go to adoration. Pray your rosary. Read your Bible. And do this with the kids as often as possible. Be a missionary in your own home. Jesus says in Matthew 28 to “go and make disciples of all the world.” What better place to do this than in our own home? Then we are training missionaries to go forth after us. I always wanted to be a missionary and a teacher, and God has brought both to fruition in my own home life, with my family. God is good!

R – Melina, thank you so much for sharing these priceless pieces of advice and encouragement!

M –  You’re welcome. I had fun! “

Homeschooling 11 kids, an interview - Une famille XXL pas ordinaireFor more great tips, recipes, encouragement, and daily life stories, make sure to visit Melina’s blog at: womenoflaughterandfaith or her Facebook page.